Promouvoir les interets fondamentaux et légitimes de la République Populaire de Chine en Europe
  AXES
Essor du commerce extérieur en Chine
Reference:xinhua
Page fonction  [Taille:Grande Moyenne Petite][Fermer]
Au cours de son récent voyage effectué en Chine au début de juin dernier, Peter Mandelson, commissaire européen au Commerce s'étonnait de ce que le volume des marchandises à expédier vers l'Europe "n'ait pas encore son équivalent de volume commercial affluant dans l'autre direction".

Ayant visité le terminal de conteneurs de Maersk Logistics ( China) à Shenzhen, une ville portuaire animée dans le sud de la Chine, Mandelson s'est plaint de ce que trois sur les quatre conteneurs envoyés à l'UE depuis Shenzhen soient revenus vides.

Cette remarque reflétait la préoccupation des principaux partenaires commerciaux de la Chine en Europe et aux Etats-Unis, qui ont été frappés par l'envergure et la vitesse du redressement économique de la Chine après l'application de sa politique de réforme et d'ouverture sur l'extérieur au début des années 80. Ils craignent que le flot de marchandises de fabrication chinoise gêne leurs propres industries.

"Le cas de conteneurs est un bon exemple de la réalité des relations commerciales entre la Chine et l'UE", a déclaré Chong Quan, porte-parole du ministère chinois du Commerce.

"70% des marchandises chinoises exportées vers l'UE sont des produits à forte main-d'oeuvre, avec bas prix et en grande quantité", a indiqué Chong Quan, "alors que 80% des articles importés de l'UE sont des équipements et des produits de haute technologie à un prix élevé et en quantité limitée."

"Un avion Airbus que la Chine achète à l'UE équivaut en valeur à 80 millions de paires de chaussures exportées par la Chine", a ajouté Chong. "Les échanges commerciaux entre la Chine et l'UE sont fortement complémentaires et mutuellement avantageux. "

Cependant, de nombreux analystes européens et américains sont en désaccord avec l'interprétation de Chong. Une chose est certaine : la réussite chinoise déclenche les instincts protectionnistes et représente un test des engagements pris par les pays pour le libre commerce mondial. Disputes commerciales

Le commerce extérieur chinois s'est développé en moyenne à un rythme annuel de plus de 30% pendant les 5 années passées depuis son adhésion à l'Organisation mondiale du Commerce (OMC) en 2001. La valeur totale de l'import-export de la Chine a doublé entre 2001 et 2005, puisque sa part dans le commerce global du monde est passée de 4% à 6,7%.

L'essor du commerce extérieur chinois fait aussi progresser l'économie nationale. Ces dernières années, le PIB de la Chine s'est accru de 9,4% en moyenne par an, un taux beaucoup plus élevé que celui de la croissance économique mondiale. Les exportations augmentent plus vite que les importations. L'excédent commercial a plus que triplé, atteignant un record de 102 milliards de dollars en 2005, contre 32 milliards de dollars en 2004, réalisant une balance favorable pendant 12 années consécutives. Au premier semestre de l'année courante, la Chine a enregistré un excédent commercial de 61,5 milliards de dollars, en augmentation de 54,9% par rapport à la même période de l'année dernière, selon les statistiques de l'Administration générale des Douanes.

L'excédent commercial de la Chine avec les Etats-Unis est passé de 80 milliards de dollars en 2004 à 110 milliards de dollars en 2005, selon les statistiques officielles. Grâce à une croissance de ces excédents, la Chine est sous la pression des Etats-Unis pour relever le taux de change du Renminbi(RMB) Yuan ( Monnaie chinoise): de nombreux économistes américains ont attribué la hausse du déficit commercial de leur pays à la parité fixe du RMB, dont le cours, selon eux, a une tendance naturelle à se réévaluer par rapport au dollar. En juillet 2005, la Chine a abandonné la parité fixe du yuan avec le dollar et relevé la valeur du RMB de 2% pour atteindre 8,11 pour un dollar américain. Le taux de change du RMB fluctuait autour de 8 yuans pour un dollar l'année dernière et est passé à 7,9792 yuans contre un dollar le 31 juillet 2006.

Mais la balance commerciale entre la Chine et les Etats-Unis ne peut être rééquilibrée en faisant appel seulement à la réévaluation de la monnaie chinoise, a signalé M. Stephen S. Roach, économiste en chef de Morgan Stanley.

"En fait, une partie importante de l'excédent commercial de la Chine est réalisée par des sociétés multinationales qui recherchent un coût du travail inférieur dans ce pays et ont choisi d'y fabriquer leurs produits à forte main-d'oeuvre", a dit Wu Xiaoling, gouverneur adjoint de la Banque populaire de Chine, la banque centrale du pays.

Attirées par le faible coût de la main-d'oeuvre, les compagnies multinationales ont commencé à déplacer leur industrie en Chine dans les années 80, ouvrant des usines en vue de traiter des matières premières et d'exporter ces produits transformés.

"Le fait est que l'excédent commercial de la Chine provient principalement du commerce de transformation et la plupart des exportations de ces sociétés multinationales ont été inclues dans les chiffres du commerce chinois. Une proportion élevée des profits tirés de l'exportation sont partis en fait dans les poches des sociétés multinationales", a noté Mei Xinyu, un expert commercial au ministère chinois du Commerce.

Dans la première moitié de cette année, les sociétés à investissement étranger et celles s'engageant dans le commerce de la sous-traitance orientée vers l'exportation ont généré au total 465,3 milliards de dollars dans le cadre du commerce extérieur, en augmentation de 25,8% par rapport à l'année dernière, représentant 58,5% du montant total du pays. Les entreprises d'Etat ont elles rapporté 195,3 milliards de dollars dans ce domaine, en hausse de 11,7%, tandis que l'import-export des entreprises privées s'est accru de 34,9% pour atteindre 135,1 milliards de dollars.

"En même temps, les Etats-Unis restreignent les exportations de ses produits de haute technologie vers la Chine, ce qui lui fait également perdre son avantage dans le commerce de ces produits avec la Chine", a indiqué Wu Xiaoling.

Changer à temps

"En plus d'une demande globale florissante pour les produits de fabrication chinoise et de la migration d'industries des pays développés vers des pays en voie de développement, la politique précédente de l'Etat consistant à encourager les exportations et à restreindre les importations a contribué aussi à la réalisation d'énormes excédents commerciaux en Chine", a fait remarquer Zhao Jinping, directeur adjoint du Département du Commerce extérieur du Centre de Développement et de Recherche relevant du Conseil des Affaires d'Etat.

Au début des années 80, la Chine a proposé une politique orientée vers l'exportation. Ayant besoin des échanges commerciaux avec l'étranger, de technologies avancées et d'opportunités d'emploi, elle a adopté une politique de réduction des taxes à l'exportation et accordé un traitement préférentiel aux compagnies d'export pour l'utilisation de terrains, la perception fiscale et la finance et avancé les politiques favorables aux investisseurs étrangers concernant les terrains et la taxation.

Pourtant, le commerce excédentaire chinois "montre un risque latent de fluctuations économiques", a observé Li Yong, ministre adjoint chinois des Finances. Parmi les trois importants moteurs de la croissance économique chinoise -- les exportations, l'investissement et la consommation -- le dernier est le maillon faible.

La consommation intérieure est bien en dessous de la moyenne internationale. Les familles chinoises doivent épargner de l'argent afin de se préserver elles-mêmes en raison d'un système de sécurité sociale incertain, du grave problème du chômage et des coûts de plus en plus élevés de l'éducation et des soins médicaux.

"La dépendance excessive des exportations rend la structure de la nouvelle augmentation de la demande chinoise mieux adaptée à la demande et à la division du travail internationales, et la structure de production est concentrée surtout dans des secteurs caractérisés par une forte main-d'oeuvre, des terres et des ressources", a souligné Zhang Xiaoji du Centre de Développement et de Recherche relevant du Conseil des Affaires d'Etat.

La structure de la demande internationale une fois modifiée, de nombreux fournisseurs possèdent une capacité de production excessive, selon Zhang Xiaoji. Si les coûts de production augmentent ou si de meilleures opportunités d'investissements apparaissent, les investissements étrangers seront transférés depuis la Chine vers d'autres régions.

Par ailleurs, la croissance très rapide des exportations chinoises a un coût social en raison du mode de développement économique de type extensif, selon Fu Ziying, assistant du ministre chinois du Commerce Bo Xilai. Les coûts du commerce extérieur de la Chine ne couvrent pas les coûts de la protection environnementale, ni ceux de la sécurité sociale pour les travailleurs migrants, ni encore ceux de la compensation pour les ressources.

Une économie tirée par les exportations intenses et l'investissement dans les biens immobiliers ne se développera pas de manière durable, a averti Zhang Xiaoji. "Il est temps pour le gouvernement de réajuster sa politique d'exportation."

Signes d'optimisme

Ayant réalisé ce problème, la Chine a réorganisé la structure de l'importation: augmentation des droits de douane à l'exportation et diminution du remboursement de taxes à l'exportation en 2005. Au cours des six premiers mois de l'année courante, l'exportation des machines et des produits électroniques a maintenu un taux de croissance élevé de 30%, représentant 57% de l'ensemble des exportations nationales, en hausse de 11% par rapport à 2001, selon le ministère chinois du Commerce.

Les exportations de produits dernier cri et dotés d'une haute technologie ont progressé de 32%. Elles ont représenté 29% des exportations totales, en augmentation de 11% par rapport à 2001. Les exportations de produits textiles, d'appareils électroménagers, de jouets, de chaussures ont enregistré une croissance légère. Les exportations de billettes d'acier, d'aluminium non forgé et de coke ont baissé respectivement de 36%, de 20% et de 11% par rapport à la même période de l'année dernière.

Les destinations des exportations chinoises sont diversifiées. Les Etats-Unis, l'UE et le Japon représentent aujourd'hui 50% du marché d'exportation chinoise, contre 58% autrefois. Les marchés émergents tels que la Russie et l'Afrique du Sud sont prospères.

Le commerce extérieur de la Chine est passé par trois phases: dans les années 80, la Chine a exporté surtout des produits de l'industrie légère, du textile et du prêt-à-porter; dans les années 90, des appareils électriques et des machines à fort contenu technique. Depuis son adhésion à l'OMC en 2001, la Chine a stimulé ses exportations de produits de nouvelles et hautes technologies basées sur l'industrie des technologies de l'information.

Un long chemin à parcourir

"Le gouvernement chinois veut voir l'équilibre du commerce. Nous ne cherchons pas intentionnellement un commerce excédentaire élevé", a dit Chong Quan, porte-parole du ministère chinois du Commerce. Il est difficile pour les experts et les officiels chinois de trouver un moyen efficace pour freiner l'augmentation continue de l'excédent commercial face à la forte demande sur le marché international.

"L'excédent commercial de la Chine ne se réduira pas à brève échéance, car le modèle du commerce mondial -- la consommation aux Etats-Unis et en Europe, le traitement en Asie-- ne sera pas non plus modifié à court terme", a déclaré Bo Xilai, ministre chinois du Commerce. La Chine a pris la décision de réajuster ses politiques de commerce extérieur et d'investissement en vue de faire progresser durablement l'économie intérieure, a indiqué le vice-ministre chinois des Finances Li Yong. Elle intégrera progressivement les impôts sociaux payés par les sociétés chinoises et étrangères.

Le ministère chinois du Commerce a décidé d'instituer cette année un fonds de développement du commerce extérieur afin d'augmenter la teneur technologique et la valeur ajoutée des produits d'exportation et de soutenir les compagnies chinoises dans la recherche et le développement, ainsi que dans l'innovation indépendante.

La Chine a fait des efforts importants pour équilibrer son commerce extérieur. Mais "le réajustement ne portera absolument pas atteinte à l'enthousiasme de la population à utiliser des capitaux étrangers et à développer le commerce extérieur", a souligné Fu Ziying.
Page fonction [taille:Grande Moyenne Petite][Fermer]
Page précédente | Page suivante
Copyright © by CHINE EUROPE PROMOTION INTERETS
Developped by Qiumeng XU